Home » L' ACTUALITE DE MON PAYS » Visas refusés : Valls regrette la décision d’Alger et promet d’aborder le sujet

Visas refusés : Valls regrette la décision d’Alger et promet d’aborder le sujet

Alger – «Je serai à Alger pour notre coopération mais je reviendrai sur ce point dans l’amitié et la franchise.» Alors que l’Algérie a refusé de délivrer des visas à des journalistes français souhaitant couvrir le déplacement de Manuel Valls, ce-dernier donne le ton à quelques heures de sa visite.

Sur Twitter ce samedi, le Premier ministre fait part de ses «profonds regrets» après ce refus des autorités algériennes qui concerne «Le Monde» et «Le Petit journal» de Canal +. Dans la foulée, de nombreux médias français ont fait savoir qu’ils boycottaient cette visite officielle.
Manuel Valls et une dizaine de ses ministres sont attendus samedi soir en Algérie pour un «comité de haut niveau» avec l’exécutif algérien qui doit durer jusqu’à dimanche soir.

Fait rarissime dans le cadre de voyages officiels, les autorités algériennes ont décidé de ne pas accréditer un journaliste du «Monde» ainsi que l’équipe de Canal +. Aucun motif n’est invoqué en particulier, mais on sait qu’Alger n’a pas apprécié la Une du «Monde» de mardi, consacrée à l’affaire des Panama Papers, mettant en cause un ministre du gouvernement Bouteflika, sous une photo du président lui-même. Dans la foulée mercredi, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France pour lui faire part de son mécontentement face à une «campagne hostile» à l’Algérie menée selon lui dans les médias français.

Quant au «Petit Journal», ses relations avec le pouvoir algérien sont notoirement compliquées, l’émission de Canal + n’hésitant pas à ironiser sur la santé du président Bouteflika.

Six autres médias boycottent la visite

Matignon a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour tenter d’obtenir la levée de la sanction, mais sans succès. «Il a plaidé (pour) que l’ensemble de la délégation de presse qui accompagne le Premier ministre puisse bénéficier de l’autorisation de rentrer» en Algérie, selon son entourage. Même s’il s’agit d’une «décision de souveraineté» d’Alger, M. Valls a souligné que celle-ci pourrait avoir des «effets contre-productifs sur la réaction des médias français».

Une vingtaine de médias, dont «Le Parisien» – «Aujourd’hui en France», ont en revanche été accrédités pour ce déplacement du gouvernement français. Mais en signe de soutien à leurs confrères, les radios publiques France Culture et France Inter, ainsi que les quotidiens «Libération» et «Le Figaro», mais aussi TF1 et France Télévisions, ont annoncé qu’ils ne couvriraient pas le déplacement de Manuel Valls.

Cette poussée de fièvre diplomatico-médiatique intervient alors que la relation bilatérale, souvent tumultueuse, traverse une phase d’apaisement depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, même si des divergences s’étaient fait jour lors de la visite du chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault fin mars.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

 

Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better

test