Home » SANTE » Les comprimés anti-brûlures d’estomac augmenteraient le risque de calculs rénaux

Les comprimés anti-brûlures d’estomac augmenteraient le risque de calculs rénaux

C’est la deuxième alerte de sécurité en moins d’une semaine sur les médicaments appelés inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), utilisés pour bloquer la production d’acide gastrique et couramment prescrits pour traiter le reflux gastro-œsophagien . Les marques populaires incluent Zanprol, Prilosec et Prevacid.

Les IPP sont censés être pris pendant un maximum de quatre semaines. Mais de nombreuses personnes les utilisent pendant des mois voire des années. En Angleterre, les médecins généralistes distribuent plus de 50 millions de prescriptions par an pour ces médicaments anti-acide . Et leur utilisation a doublé ces dernières années en raison de l’épidémie d’obésité britannique qui a déclenché plus de cas de reflux acide, la cause des brûlures d’estomac .

L’utilisation d’IPP et d’anti-H2 associée à une augmentation du risque de calculs rénaux

Selon une recherche récente présentée lors d’une conférence de la Société américaine de néphrologie, à Chicago (États-Unis), ces médicaments augmenteraient le risque de développer des calculs rénaux d’environ 12 %. Pour en arriver à cette conclusion, les médecins de l’Université catholique de Rome (Italie) ont étudié 187 000 hommes et femmes pendant 12 ans. Ils ont constaté environ 3 000 calculs rénaux. Ceux qui prenaient des IPP étaient en effet plus à risque. Un autre groupe prenant des pilules contre les brûlures d’estomac appelées inhibiteurs du récepteur de l’histamine-2, comme le Zantac, avait un effet similaire.

Les patients présentant des problèmes rénaux existants étaient plus à risque de défaillance d’organe s’ils prenaient les médicaments. Les scientifiques pensent que les comprimés contre les brûlures d’estomac peuvent arrêter l’excrétion des bonnes quantités de calcium (principale composante des calculs rénaux) dans l’organisme. D’autres études sont toutefois nécessaires pour confirmer ces résultats.

Une étude similaire a montré que les médicaments augmentent le risque d’ accident vasculaire cérébral (AVC) jusqu’à 94 %. Le mois dernier, une autre recherche a révélé que les IPP semblaient également liés à l’infertilité chez les jeunes hommes…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

 

Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better

test